Carnet de Louis Favreau
Chaire de recherche en développement des collectivités (CRDC)
Accueil > Mouvements sociaux > Mouvements sociaux

Mouvements sociaux

Articles de cette rubrique


Mouvement communautaire et État social : le défi de la transition sociale-écologique (Mouvements sociaux)

dimanche 12 février 2017 par Louis Favreau

Le monde dans lequel nous vivons va mal et les grands médias en remettent en nous entretenant à plus soif du grand désordre du monde (incertitude économique, terrorisme, risque écologique...). Le tout en période où est ressenti un grand vide d’horizon collectif digne de ce nom ici comme ailleurs dans le monde qui laisse prise à la pensée dominante du « Tout au marché ». Comment ne pas désespérer d’autant qu’au Québec, par les temps qui courent...? Mais n’est-ce pas là que l’avant-scène, certes déterminant mais pas exclusif ! Peut-être assistons-nous en arrière-scène à un renouvellement silencieux des mouvements sociaux au Québec comme dans le monde. Mais on ne le voit pas : c’est la face cachée des choses. Le mouvement communautaire fait à notre avis partie de cette arrière-scène. C’est de ce mouvement, sur une période longue, cinquante ans, dont il sera question dans ce billet et encore plus dans un ouvrage qui vient tout juste de paraître aux Presses de l’Université du Québec (PUQ) . Quand on sait d’où l’on vient...« Shaping the future by remembering the past ».



Derrière l’actualité comment déceler les défis qui nous attendent et les alternatives qui prennent forme ?

Une rétrospective de quelques bons coups de l’année 2016 (Mouvements sociaux)

mercredi 7 décembre 2016 par Louis Favreau

Les grands médias nous entretiennent à plus soif du grand désordre du monde (terrorisme, crise des réfugiés, conflits armés...). Le tout en période où est ressenti un grand vide d’horizon collectif digne de ce nom. Comment ne pas désespérer ! Ce n’est là que l’avant-scène. Peut-être assistons-nous en arrière-scène à un renouvellement silencieux des mouvements sociaux. Des centaines de milliers d’initiatives changent le monde depuis trois décennies un peu partout sur la planète (Manier, 2014). Mais on ne les voit pas : c’est la face cachée des choses.

Nous avons donc exploré les quelques bons coups de l’année 2016 en prenant cinq portes d’entrée distinctes : 1) première porte d’entrée, de quelle façon l’écologie intervient-elle dans nos sociétés aujourd’hui, surtout au Sud ? 2) Deuxième porte d’entrée toujours d’actualité, le développement des communautés : ses approches ont-elles changé et comment ? 3) Troisième porte d’entrée, un projet qui monte et qui peut faire changer l’échelle nos coopérations, celui des entreprises collectives et de la finance solidaire au service du développement des pays du Sud : sommes-nous au début d’une nouvelle forme de solidarité avec le Sud après 40 ans d’une coopération d’abord et avant tout nourrie par le financement public ? 4) Quatrième question : que font les mouvements sociaux relativement bien organisés dans tout çà, tout particulièrement ceux engagés dans l’enjeu majeur de l’agriculture et de l’agroalimentaire ? 5) Et au final, question récurrente mais combien d’actualité : comment passer du secours d’urgence au développement dans la durée dans nos solidarités internationales ?

Dans ce billet, nous rendons compte d’un travail de recherche conjoint de la CRDC et du Fonds Solidarité Sud pour relever à travers l’actualité de 2016 quelques-unes de ces « révolutions tranquilles » qui changent le monde mais dont les médias ne parlent presque jamais tous centrés qu’ils sont sur nos malheurs collectifs. Nous avons retracé une vingtaine d’initiatives fortes qui dessinent les contours d’un futur possible sans agiter les peurs et les catastrophes. Trois fils conducteurs : a) considérer que « la lutte contre les inégalités sociales et la lutte pour répondre aux défis écologiques, c’est le même combat » nous dit Laurent et Pochet (2015) dans leur petit ouvrage sur la transition sociale-écologique ; b) prendre en compte que la plupart des enjeux d’aujourd’hui dépassent largement le cadre national (climat, pollution, alimentation, migrations...) ; 3) prendre le Québec et la planète par le grand angle Nord-Sud.



Le mouvement coopératif québécois et international : 10 ans après la crise (Mouvements sociaux)

mardi 1er novembre 2016 par Louis Favreau

Le mouvement coopératif québécois a reçu près de 3 000 délégués d’une centaine de pays dans le monde en octobre dernier à l’initiative de Desjardins et de l’Alliance coopérative internationale (ACI). On y a discuté ferme sur le développement durable (une journée complète sur ce sujet), sur l’agriculture familiale, sur la distinction coopérative, sur la manière aujourd’hui de faire des affaires...Contrairement à l’idée reçue sur l’économie coopérative plus fortement institutionnalisée (les grandes entreprises coopératives sont comme les autres), les choses changent aussi...Et depuis la crise de 2007-2008, pour le mieux ! Le présent billet est une mise en perspective internationale à partir d’une entrevue que j’accordais au Journal Ensemble à l’occasion de ce 3e Sommet international.



Afrique de l’Ouest : les paysans sont de retour (Mouvements sociaux)

dimanche 29 novembre 2015 par Louis Favreau, Nathalie McSween
JPEG - 65.3 ko

Les enquêtes menées par Nathalie McSween dans le cadre de sa thèse ont permis de rendre visible une trajectoire exemplaire dans l’univers des mouvements sociaux transnationaux contemporains. En effet, dans l’espace ouest-africain, « le mouvement paysan, comme elle le dit si bien, a fait oeuvre de pionnier à plusieurs égards ». En moins d’une décennie, les paysans ouest-africains sont passés d’un statut quasi-inexistant à un « statut d’interlocuteur quasi-obligé des pouvoirs publics » et ce, à la fois à l’échelle nationale et à l’échelle supranationale. Plus largement, ces travaux démontrent que les luttes paysannes ouest-africaines s’inscrivent dans la trame plus large de mobilisations contemporaines. Entrevue avec une doctorante devenue docteure en sciences sociales appliquées (à l’UQO) [2] . Mentionnons d’entrée de jeu que le Québec n’est pas étranger à ces mobilisations. On pense notamment ici au soutien des organisations paysannes et des coopératives agricoles que fournissent depuis deux décennies des OCI comme UPA DI et SOCODEVI.

Louis Favreau



Syndicalisme et coopératives : quelles alliances au plan international ? (Mouvements sociaux)

lundi 9 mars 2015 par Denise Gagnon

Nous sommes généralement peu au courant de ce que le syndicalisme québécois fait en matière de solidarité internationale, particulièrement en ce qui a trait à la coopération au développement avec le Sud. Et pourtant il existe une assez longue tradition. Démonstration à partir de la présentation que la directrice du Service de solidarité internationale à la FTQ, Denise Gagnon, nous a fait au RDV international de la CRDC l’automne dernier. Démonstration également sur le thème des alliances historiques et actuelles des syndicats et des coopératives. Un premier grand tour de jardin sur les politiques et les pratiques de la FTQ en la matière. Une pièce substantielle de notre coopération de proximité avec le Sud peu connue et donc sous-estimée.

Louis Favreau



Coopératives, organisations paysannes et sécurité alimentaire : les défis de la décennie qui vient (Mouvements sociaux)

jeudi 3 octobre 2013 par Louis Favreau

2014 sera l’année internationale de l’agriculture familiale nous dit l’ONU. La question alimentaire est plus que jamais à l’ordre du jour parce que partout les organisations paysannes ou d’agriculteurs, les coopératives agroalimentaires, les organisations de coopération internationale, la FAO, agence de l’ONU dédié à cette question et plein d’autres ont lancé le message aux États membres de l’ONU qu’il y avait urgence. Que pouvons-nous faire au Québec sur cet enjeu ? Beaucoup. UPA DI a le gros de l’initiative en la matière. Le GESQ a été inspiré par cette organisation pour la réalisation de son université d’été en mai dernier avec d’excellents contenus qu’on retrouve dans le cahier spécial du Devoir portant sur Agriculture et développement durable. Dans la foulée, le 2e Sommet international des coopératives qui se tiendra exactement dans un an (du 6 au 8 octobre 2014) en a fait également une priorité et les Rencontres du Mont-Blanc en novembre prochain aussi. À plus petite échelle, le Fonds Solidarité Sud fera sa campagne 2013-2014 en soutenant une organisation paysanne sénégalaise. C’est avec cet horizon d’inspirer quelque peu les débats de cette mouvance que j’avance ici quelques pistes sur lesquels travailler dans la décennie qui vient tant au Nord qu’au Sud.

PDF - 2 Mo
Cahier spécial journal Le Devoir 22 mai 2013


Le mouvement syndical est-il encore aujourd’hui porteur d’un projet de société ? (Mouvements sociaux)

vendredi 11 janvier 2013 par Louis Favreau

J’étais invité comme conférencier au dernier conseil fédéral de la FNEEQ-CSN en décembre. Intitulé de de la conférence : Changer de modèle économique ? Pistes de sortie de crise à l’heure de Rio+20. Une occasion en or de renouer avec une organisation dans laquelle j’avais milité pendant 15 ans et qui avait été l’objet de ma thèse de doctorat : La CSN dans le mouvement social québécois. Thèse qui a également fait l’objet d’un livre : Le projet de société de la CSN (sous-titré : crise et avenir du syndicalisme au Québec) Il y avait longtemps que je n’avais mis les pieds dans une instance syndicale de la CSN pour y faire une prestation quelconque (conférence, formation...) bien qu’ayant été pas très loin de la centrale par l’intermédiaire de ses outils financiers (Caisse d’économie solidaire Desjardins, Fondaction) et du GESQ. Ce fut pour moi fort stimulant (ce billet en fin de texte fournit l’accès à une vidéo de ma conférence)



Entrevue réalisée avec Nathalie McSween, doctorante en sciences sociales appliquées à l’UQO

Nourrir le monde, nourrir l’Afrique : les luttes paysannes ouest-africaines mises en perspective (Mouvements sociaux)

mardi 9 août 2011 par Louis Favreau, Nathalie McSween

La crise alimentaire de 2008, avec ses émeutes de la faim causées par la hausse des prix des aliments, a remis l’agriculture sur le devant de la scène internationale. La famine actuelle dans la Corne de l’Afrique pose la question avec encore plus d’acuité. Comment allons-nous nourrir le monde de demain ? Comment aider un milliard de paysans et d’exploitants familiaux pour assurer la subsistance de leur famille, la souveraineté alimentaire de leur pays… À ces questions, qui font l’objet de débats importants à l’échelle mondiale, les mouvements paysans proposent des réponses innovatrices. Entretien avec une spécialiste des mouvements paysans ouest-africains et doctorante en sciences sociales appliquées à l’UQO de retour d’un séjour de deux mois en Afrique de l’Ouest.



Coopératives et action politique : de nouveau une croisée des chemins ? (Mouvements sociaux)

lundi 4 juillet 2011 par Louis Favreau

Les coopératives et l’ensemble des entreprises collectives ne sont pas seulement des entreprises différentes. En raison de leur finalité sociale et de leur lucrativité limitée, elles se veulent également portées, comme tous les mouvements sociaux, par des préoccupations d’intérêt général. Leur fonction économique de production de biens et services est ainsi adossée à une fonction politique de révélateur de nouveaux besoins sociaux et de bougie d’allumage sur des questions de société pour influencer les politiques publiques. Dans un livre à paraître début septembre Économie et société. Pistes de sortie de crise (Presses de l’Université du Québec, cosigné par Louis Favreau et Ernesto Molina), nous posons la question de l’action politique. Extraits d’un chapitre à l’intérieur duquel nous avons interviewé la directrice du Service de recherche du CQCM, Marie-Joëlle Brassard.



Mouvement communautaire au Québec

Un épisode des années 70 : l’émergence d’un Centre de formation populaire, le CFP (Mouvements sociaux)

mardi 22 février 2011 par Louis Favreau

Marc Comby et Robert Comeau viennent tout juste de sortir chez VLB un numéro du Bulletin d’histoire politique de l’Association québécoise d’histoire politique (un ouvrage complet en fait comprenant une vingtaine de textes d’auteurs dont Pierre Beaudet, sociologue (U. d’Ottawa), Andrée Fortin, sociologue (U.Laval), Louis Gill, économiste (UQAM) et Jacques Rouillard, historien (UQAM) pour n’en mentionner que quelques-uns). Il porte sur la gauche au Québec depuis 1945 [4]. Une pièce manquante dans la connaissance de notre histoire sociale. Marc Comby m’avait demandé l’automne dernier d’introduire l’expérience du Centre de formation populaire (CFP) qui s’inscrit dans cette histoire depuis 1971 jusqu’à aujourd’hui. Je le présente un peu comme un complément de l’article que j’ai fait ici même sur le mouvement communautaire en mai 2009 et qui n’a de cesse d’aller chercher de nouveaux lecteurs depuis. On notera que le Centre de formation populaire est toujours actif. On peut le rejoindre à l’adresse suivante : http://www.lecfp.qc.ca/main.htm



Accueil | Contact | Plan du site | |

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Mouvements sociaux   ?

Site réalisé avec SPIP + AHUNTSIC

Creative Commons License