Carnet de Louis Favreau
Chaire de recherche en développement des collectivités (CRDC)

Articles les plus récents


Articles les plus récents


Solidarité internationale et mouvements sociaux à l’heure du terrorisme et de l’urgence climatique

mardi 5 janvier 2016 par Louis Favreau
JPEG - 296.9 ko

Dans quelle conjoncture politique sommes-nous ? Le devant de scène est occupé par le terrorisme et le dérèglement climatique. Dans un premier temps, j’ai d’abord écrit un article pour la page Idées du Devoir paru le 29 décembre dernier portant sur la conférence de Paris sur le climat et sur les réfugiés victimes des conflits en cours et du terrorisme. Dans ce billet, je pousse plus loin la réflexion.

Dans plusieurs sphères de notre société, on a vu la consternation nous habiter suite aux événements de Paris. Puis il y a eu ce vif sentiment d’impuissance qui a gagné du terrain chez les uns et les autres. En réfléchissant un peu plus à ce propos, je me suis dit que nous étions en train de nous faire avoir par un devant de scène qui cache en fait une arrière-scène de centaines de milliers d’initiatives citoyennes de par le monde qui nous amènent dans une tout autre direction. Analyse d’une situation internationale inédite et de ce que nous pouvons faire pour continuer à changer le monde avec des repères nouveaux liés aux mutations du 21e siècle.



Afrique de l’Ouest : les paysans sont de retour

dimanche 29 novembre 2015 par Louis Favreau, Nathalie McSween
JPEG - 65.3 ko

Les enquêtes menées par Nathalie McSween dans le cadre de sa thèse ont permis de rendre visible une trajectoire exemplaire dans l’univers des mouvements sociaux transnationaux contemporains. En effet, dans l’espace ouest-africain, « le mouvement paysan, comme elle le dit si bien, a fait oeuvre de pionnier à plusieurs égards ». En moins d’une décennie, les paysans ouest-africains sont passés d’un statut quasi-inexistant à un « statut d’interlocuteur quasi-obligé des pouvoirs publics » et ce, à la fois à l’échelle nationale et à l’échelle supranationale. Plus largement, ces travaux démontrent que les luttes paysannes ouest-africaines s’inscrivent dans la trame plus large de mobilisations contemporaines. Entrevue avec une doctorante devenue docteure en sciences sociales appliquées (à l’UQO) [2] . Mentionnons d’entrée de jeu que le Québec n’est pas étranger à ces mobilisations. On pense notamment ici au soutien des organisations paysannes et des coopératives agricoles que fournissent depuis deux décennies des OCI comme UPA DI et SOCODEVI.

Louis Favreau



Transition énergétique dans les transports : quelles sont les conditions de réussite ?

dimanche 1er novembre 2015 par Gilles Bourque

Au moment où au Québec un Front commun pour la transition énergétique vient de naître, que le gouvernement du Québec prépare sa prochaine politique énergétique (2016-2025) et que nous sommes à quelques semaines de la conférence sur le climat qui se tiendra à Paris fin 2015, la CRDC publie une série de quatre billets sur un des enjeux déterminants de la lutte contre le changement climatique, la transition énergétique dans les transports. Ces billets sont issus des recherches de l’IREC, recherches pilotées par Gilles Bourque, sociologue et économiste, collaborateur assidu de la CRDC. Quatre articles pour faire le tour de la question tel qu’elle se pose au Québec.

Louis Favreau



Sommes-nous en panne d’histoire ? Quel projet de société alternatif pour le Québec : social-démocratie ou social-écologie ?

Ou comment changer de trajectoire dans une économie ouverte et mondialisée où règne le « tout au marché » mais aussi l’urgence d’agir pour répondre au défi écologique ?
dimanche 4 octobre 2015 par Louis Favreau
PNG - 3.6 ko

Le Canal Savoir vient de produire un documentaire sur Le Québec en panne d’histoire ? L’équipe de réalisation, Lloyd Pasqualetti et Lisa-Marie Lampron, a fait des entrevues avec une demi-douzaine de personnes, chercheurs et dirigeants d’organisations diverses parmi lesquels André Beaudoin d’UPA DI ; Éric Desrosiers, journaliste au Devoir ; Pascale Dufour, politologue ; Gérald Fillion, journaliste à RDI ; Pierre Fortin, économiste ; Stéphane Paquin, politologue et Louis Favreau, sociologue. Voici comme le projet de documentaire se présentait au moment de sa production au printemps dernier :

En cette époque regorgeant d’enseignements, nous assistons à une profonde remise en question de notre modèle économique. Jugée trop gourmande et peu efficace, la social-démocratie encaisse les critiques. Ainsi, le Québec emprunte progressivement la voie du néolibéralisme : compressions budgétaires, privatisation, dérèglementation… Mais au- delà des gymnastiques budgétaires : quel projet de société se dessine pour le Québec de demain ? Manquons-nous d’une vision collective ? Autrement dit : le Québec est-il en panne d’histoire ? À travers les analyses d’experts, de chercheurs ou de journalistes, les trois épisodes de cette mini-série documentaire alimentent le débat, et tentent de répondre à ces questions fondamentales pour notre avenir.

Ce billet complète ce documentaire disponible pendant tout l’automne du 5 octobre au 6 décembre. Voir le programme (en trois épisodes de 30 minutes) et l’horaire à l’adresse suivante : http://www.canalsavoir.tv/emission/quebec_panne_histoire
Et pour visionner avec votre ordinateur le dernier épisode qui porte sur les visions d’avenir de notre projet de société, on se rend sur le site Internet de Canal Savoir :
http://canalsavoir.tv/videos_sur_demande/quebec_panne_histoire/visions_avenir



L’organisation communautaire au Québec : un 2e pionnier raconte « Il n’y a pas de communautés en déclin, il n’y a que des communautés sans projet »

mercredi 2 septembre 2015 par Gaston Michaud, Louis Favreau

« Il n’y a pas de communautés en déclin, il n’y a que des communautés sans projet ». C’est en ces termes qu’un intervenant français, lors d’un colloque international sur le développement, s’exprimait. Ce qui traduit bien ce que des pionniers comme Gaston Michaud ont contribué à faire en matière de développement des communautés : ils ont facilité l’émergence d’un projet collectif qui est à la portée de tous ou presque. Dans un premier billet des pionniers de l’organisation communautaire au Québec, nous avions demandé à Michel Blondin de nous dire ce qu’il retenait de sa longue expérience dans le domaine. Gaston Michaud fait partie de la même génération tout en ayant un itinéraire passablement différent comme on le verra de même que des réflexions sur le développement des communautés tout aussi différentes. Mais, surprise, l’un et l’autre, sont très complémentaires.



L’épargne des OCI québécoises au service du développement du Sud

Le passage d’une accumulation passive à une gestion active et collective est-il faisable ?
samedi 1er août 2015 par Louis Favreau

Le 12 juin dernier, le regroupement des organisations québécoises de coopération internationale, l’AQOCI, tenait son assemblée générale annuelle. Au menu, la discussion sur un projet de fonds d’investissement solidaire destiné à soutenir, par des prêts et des garanties de prêts, des projets dans les économies de proximité de communautés du Sud. Un groupe de travail créé par l’AQOCI s’est réuni toute une année sur ce projet [5]. Il a réuni neuf personnes en provenance de diverses OCI, a tenu six longues rencontres réparties sur l’ensemble de l’année 2014-2015. Les recommandations de ce groupe de travail ont été discutées tout au long de l’année. Elles sont issues d’un important travail de recherche et d’une solide étude de faisabilité [6] . L’AQOCI en a tiré les conclusions suivantes : 1) un tel projet de caractère économique peut correspondre aux valeurs des organisations membres de l’AQOCI ; 2) ce type de fonds d’investissement solidaire (du capital patient) est de plus en plus recherché par les partenaires du Sud ; 3) il est réalisable dans un avenir proche, la nouvelle directrice de l’AQOCI, Michèle Asselin, annonçant même qu’« il est réaliste de penser à une assemblée de fondation de ce Fonds d’ici un an ». Ce billet veut en présenter les grandes lignes en mettant le tout en perspective.



Énergies fossiles au Québec : le combat écologique est désormais au coeur du développement des communautés

vendredi 5 juin 2015 par Louis Favreau

L’évolution très rapide du paysage énergétique québécois et mondial dans les dernières années nous force à repenser notre approche du développement des communautés. D’abord parce qu’un nombre considérable de communautés et la plupart des régions du Québec sont menacées par les énergies fossiles à une échelle jamais vue jusqu’à maintenant. Ensuite parce que le combat écologique qui est le leur aujourd’hui est devenu central pour l’avenir de la planète. Il questionne en fait le coeur même de notre modèle de société [8]. Ce combat doit être mis en perspective avec le billet que j’ai écrit en avril sur un projet de société qui n’est plus celui de la construction d’un État social de type social-démocrate, mais bien d’un État « social-écologique »



État social (2) : le New Deal proposé par l’écologie politique

jeudi 2 avril 2015 par Louis Favreau

La grande manifestation du 11 avril à Québec, la Marche Action Climat http://www.actionclimat.ca/ sera sans doute un moment fort du mouvement écologique pour forcer les pouvoirs publics à agir sur les changements climatiques. Dans la même direction mais par d’autres voies, au sein de la mouvance coopérative, mutualiste, associative et syndicale, un courant s’affirme depuis une décennie au Québec et dans le monde pour faire de la transition écologique de l’économie un impératif moral et sociopolitique.

Cette transition est au coeur d’un nouveau projet de société, au coeur de la construction d’un nouvel État social. Dans un premier billet sur l’État social (état des lieux), je faisais l’hypothèse qu’il traversait une étape critique de son histoire. Dans ce 2e billet, j’avance l’hypothèse que le 21e siècle sera peut-être le siècle d’une révolution écologique adossée à l’égalité sociale et à la transformation des dispositifs et des formes de la démocratie dans nos sociétés. Utopie ? Cela reste à voir ! Toutefois cela nécessitera d’intensifier la mobilisation – sur une longue période - pour inverser le rapport de forces actuel au Québec, au Canada et dans le monde. Quatre idées maîtresses guident ce billet : 1) la première concerne la mondialisation en cours qui profite surtout aux grands acteurs privés ; 2) la seconde porte sur l’écologie et la justice sociale comme socles d’un nouveau projet de société ; 3) la troisième a trait à l’économie coopérative et solidaire comme partie prenante de ce nouveau projet de société.



Le train fou de MMA dérive d’une vision du monde « intégriste »

mercredi 25 mars 2015 par Gilles Bourque, Louis Favreau

La bataille du train, suite à la tragédie de Mégantic, fait désormais partie du combat écologique d’aujourd’hui. On en parle beaucoup moins. On en parle souvent comme de quelque chose de séparé, de très peu lié au combat écologique (exploration, exploitation, transport de...). Mais cette menace pour la sécurité de milliers de communautés (villages ou quartiers populaires) du Québec et à travers le pays fait désormais partie intégrante (mais insoupçonnée jusqu’à récemment) du combat écologique car, après l’exploration puis l’exploitation, il y a le transport de matières dangereuses par train qui s’est intensifiée à vitesse grand V. Nous assistons présentement à une offensive tous azimuts des gazières et pétrolières au Québec et au Canada soutenue sans grand scrupule par les pouvoirs publics. Il est urgent de voir que l’austérité n’est que la pointe du iceberg. Sous la pointe de ce iceberg, c’est le désastre écologique annoncé...et, pour la gauche, celle des mouvements sociaux et des courants politiques, un projet de société « social-écologique » à faire avancer en urgence, ce qui constitue un enjeu central avec la nécessaire transition énergétique, une fiscalité écologique conséquente, etc. Mais quel modèle socioculturel, quelle vision du monde et de la société sous-tend les manières de faire d’entreprises comme MMA ? Démonstration par Gilles Bourque, sociologue et économiste à l’IREC. À la suite de cette lecture, vous allez à l’adresse suivante qui vous parle d’une grande manifestation le 11 avril à Québec, la Marche Action Climat http://www.actionclimat.ca/

Louis Favreau



Syndicalisme et coopératives : quelles alliances au plan international ?

lundi 9 mars 2015 par Denise Gagnon

Nous sommes généralement peu au courant de ce que le syndicalisme québécois fait en matière de solidarité internationale, particulièrement en ce qui a trait à la coopération au développement avec le Sud. Et pourtant il existe une assez longue tradition. Démonstration à partir de la présentation que la directrice du Service de solidarité internationale à la FTQ, Denise Gagnon, nous a fait au RDV international de la CRDC l’automne dernier. Démonstration également sur le thème des alliances historiques et actuelles des syndicats et des coopératives. Un premier grand tour de jardin sur les politiques et les pratiques de la FTQ en la matière. Une pièce substantielle de notre coopération de proximité avec le Sud peu connue et donc sous-estimée.

Louis Favreau


Louis Favreau


L’universitaire

Après 20 ans comme organisateur communautaire professionnel, Louis Favreau devient en 1986 professeur-chercheur à l’Université du Québec en Outaouais (UQO). Son travail universitaire est alors marqué par l’interface entre une discipline professionnelle, le travail social, et une discipline plus classique, la sociologie, et par l’interface avec des organisations et des réseaux axés sur le changement social. Depuis 2012, il est professeur émérite de l’UQO.

Titulaire d’une Chaire de recherche en développement des collectivités (CRDC) depuis 1996 à l’UQO (chaire de recherche du Canada de 2002 à 2008), il a dirigé ou co-dirigé des réseaux de recherche au Québec et à l’international.

Il anime également un Observatoire en économie sociale, organisation communautaire et développement régional de même qu’un site de recherche en développement international à l’UQO.


L’auteur

Auteur de plusieurs ouvrages et articles de revue depuis une vingtaine d’années : 26 livres, plus de 150 articles et chapitres de livres publiés au Québec comme à l’international, 150 communications scientifiques et professionnelles dans des congrès québécois et internationaux (en Europe, en Amérique latine et en Afrique de l’Ouest). Il a en outre obtenu quelques 35 subventions de recherche, dont une moitié en tant que chercheur principal et l’autre moitié à titre de co-responsable ou co-chercheur


Le chercheur

FAVREAU, L. et E. MOLINA, (2014), La solidarité internationale du mouvement des agriculteurs québécois. L’expérience de l’organisation UPA Développement international (UPA DI), CRDC et UPA-DI, Université du Québec en Outaouais, Gatineau

FAVREAU, L. et E. MOLINA (2013), Le mouvement coopératif québécois et la solidarité internationale. L’expérience de SOCODEVI, ARUC-DTC et SOCODEVI, Québec

FAVREAU, L. et M. Hébert (2012), La transition écologique de l’économie - la contribution des coopératives et de l’économie solidaire

FAVREAU, L. et E. MOLINA (2011), Économie et société, pistes de sortie de crise

FAVREAU, L. (2010), Mouvement coopératif, une mise en perspective

LEMAY, J-F., FAVREAU, L. et C. MALDIDIER (2010), Commerce équitable : Les défis de la solidarité dans les échanges internationaux

FAVREAU, L., FRÉCHETTE, L. et R. LACHAPELLE (2010), Les défis d’une mondialisation solidaire.

FAVREAU, L., FRÉCHETTE, L. et R. LACHAPELLE (2008), Coopération Nord Sud et développement : le défi de la réciprocité.

FAVREAU, L. (2008), Entreprises collectives, les enjeux sociopolitiques et territoriaux de la coopération et de l’économie sociale

BOURQUE, D., COMEAU, Y., FAVREAU, L. et L. FRÉCHETTE (2007), L’organisation communautaire. Fondements, approches et champs de pratique

FAVREAU, L., et A.S. FALL (2007) (dir.), L’Afrique qui se refait. Initiatives socio-économiques des communautés et développement en Afrique noire

FAVREAU, L., A.S.FALL et G. LAROSE (2004), Le Sud…et le Nord dans la mondialisation. Quelles alternatives ?

FAVREAU, L. et L. FRÉCHETTE (2002), Mondialisation, économie sociale, développement local et solidarité internationale

COMEAU, Y., FAVREAU, L., LÉVESQUE, B. et M. MENDELL (2001), Emploi, économie sociale et développement local : les nouvelles filières.

SPEAR, R., DEFOURNY, J., FAVREAU, L. et J.-L. LAVILLE (2001), Tackling Social Exclusion in Europe, the Contribution of the Social Economy.



Le rédacteur

Collaborateur au blogue de la coopérative d’édition Oikos


Le militant

Président du Fonds Solidarité Sud


Accueil | Contact | Plan du site | |

Suivre la vie du site fr    ?

Site réalisé avec SPIP + AHUNTSIC

Creative Commons License